Emilangues

Etudes et rapports

Version imprimableEnvoyer à un ami

Cet ensemble de textes fournit des éclairages stimulants concernant le dispositif EMILE, son évaluation et son évolution.

Apprendre les langues, apprendre le monde (2012)

 

Rapport du comité stratégique pour les langues

Ce rapport remis à M. Luc Chatel, ministre de l'Éducation nationale, dresse un état des lieux et dessine une stratégie pour optimiser l’efficacité de l’enseignement des langues en France. Le rapport pointe le succès des sections européennes et de langues orientales qui ont connu une croissance supérieure aux attentes au cours des dernières années. Dans le même temps, les sections bi-nationales (ABIBAC, BACHIBAC et ESABAC) qui permettent l’obtention simultanée du baccalauréat et respectivement de l’Abitur (Allemagne), du bachillerato (Espagne) ou de l’esame di Stato (Italie) ont vu le jour. Ces tendances montrent l’intérêt que rencontre l’enseignement des disciplines en langues étrangères. Ce type d’enseignement se révélant efficace « en ce qu’il permet l’approche de la langue comme un outil et non plus seulement comme une discipline parmi les autres ». « La multiplication des enseignements de type DNL dans toutes les séries » fait donc logiquement partie des préconisations portées par le comité stratégique des langues.

Parmi les axes forts mis en avant dans le rapport, on relève également :

-    accentuer les efforts pour développer l’ouverture européenne et internationale des établissements ;

-    œuvrer pour une plus grande mobilité des jeunes et des enseignants ;

-    poursuivre les efforts pour développer la mobilité virtuelle (baladodiffusion, visio-conférence, réseaux sociaux…) ;

-    mieux préparer les futurs enseignants de DNL en apportant une formation en langue dans les cursus universitaires ;

-    inciter les professeurs de DNL à profiter de toutes les occasions pouvant se présenter pour augmenter leur exposition à la langue étrangère dans laquelle ils enseignent (ateliers avec des assistants de langues étrangères, conférences…).

Télécharger l'intégralité du rapport

 

Les SVT, une discipline enseignée en langue étrangère (2010)

Rapport de l'IGEN
Rendu en novembre 2010 par Mme Brigitte Hazard, ce rapport présente les conclusions d'un travail d'une année piloté par l'IGEN et la DGESCO, associant en outre des inspecteurs et des enseignants issus de différentes académies. Le document souligne  notamment la plus-value de l'EMILE tant pour la formation des élèves que pour l'ouverture européenne et internationale des établissements scolaires. Le document s'attache à replacer la démarche spéficique à l'EMILE dans les contextes européen et international en tant qu’élément pouvant contribuer à la maîtrise à haut niveau, par tout citoyen français, d’une langue vivante. Il dresse un état des lieux des conditions d’enseignement de cette discipline en langue étrangère et de ses conséquences sur les pratiques pédagogiques, et montre comment lier les deux disciplines (langue étrangère et SVT) "tout en respectant les contraintes et les exigences de  qualité propres à chacune" et tout en y apportant une plus-value. Il donne enfin "des pistes de pratiques d’enseignement et d’évaluation avant d’envisager (...), dans un souci d’harmonisation, les modalités d’évaluation certificative des élèves lors de l’épreuve du baccalauréat". Une partie se propose en outre "d’aider les professeurs à se former et à obtenir la certification complémentaire leur permettant d’enseigner les SVT en langue étrangère".
Consulter le rapport n°2010-135.

L'enseignement des mathématiques en langue étrangère

Ce document vise à faciliter la réflexion sur l'enseignement des mathématiques en langue étrangère, en tant que discipline non linguistique (DNL). Réactualisé et rédigé par M. Rémy Jost, en liaison avec des IA-IPR de langues vivantes et de mathématiques, il a été validé par les groupes de langues et de mathématiques de l'Inspection générale de l'Education nationale.
Consulter le document ainsi que les annexes.

Modalités et espaces nouveaux pour l'enseignement des langues (2009)

Rapport de l'IGEN
Le rapport de l'Inspection générale de l'Education nationale (2009) fait suite à la lettre de mission des inspections générales publiée au Bulletin officiel du 20 septembre 2007 qui prévoyait, dans le cadre du suivi permanent de la mise en oeuvre de la politique éducative, une mission de suivi du plan de rénovation des langues. Il s'attache à recenser et décrire les innovations principales observables dans l'enseignement et l'apprentissage de langues vivantes, mais aussi et surtout à en faire l'analyse pédagogique afin de dégager pour chacun d'eux d'une part les conditions à réunir pour leur mise en oeuvre, d'autre part les préconisations susceptibles de leur donner pleine efficacité et transférabilité.

Télécharger le document au format pdf.

L'enseignement des sciences physiques et chimiques en SELO (2008)

Rapport de l'IGEN
Le rapport de l'Inspection générale de l'Education nationale (2008) sur l'enseignement des sciences physiques et chimiques rend compte des résultats d'une enquête visant à percevoir la place occupée par ces disciplines en SELO et à identifier les facteurs qui pourraient favoriser leur développement. On trouvera une réflexion très riche sur la place de la discipline non linguistique en SELO et la pédagogie de l'EMILE.

Télécharger le document (pdf) [fichier de 3 Mo]

 

Pilotage et cohérence de la carte des langues (2008)

 

Les inspections générales proposent une réflexion sur le pilotage et la cohérence de la carte des langues. La mission a notamment relevé que l'enseignement des langues souffrait globalement d'une absence d'évaluation, qu'il s'agisse de celle concernant les compétences et les capacités des élèves ou de celle de l'ensemble des dispositifs particuliers d'enseignement. Enfin, et de façon contradictoire avec les objectifs nationaux fixés depuis des années et renouvelés récemment, la mission a constaté un appauvrissement considérable de la variété des langues enseignées, qui, malgré une palette extrêmement large, tendent à se réduire de plus en plus sur l'anglais 1ère langue et l'espagnol 2ème langue.

Télécharger le document (pdf)

 

« Formation des enseignants en section européenne des lycées professionnels » (janvier 2001)

 

Colloque du CIEP
« Il importe que les lycées d’enseignement professionnel [fassent partie] de cemouvement d’ouverture internationale et d’apprentissage des langues. C’est un moyen de valoriser cet enseignement professionnel dont l’image ne correspond pas au dynamisme, à la modernité et précisément à la capacité à prendre en compte les besoins économiques du pays par la liaison qu’il a depuis très longtemps avec les entreprises. L’enseignement professionnel a vocation plus que tout autre à s’internationaliser (…) Il est évident que les élèves auront de meilleures possibilités d’embauche, et de meilleures possibilités de carrière s’ils ont précisément déjà cette formation internationale. Les sections européennes en lycées professionnels permettent aux élèves d’avoir un véritable projet de mobilité européenne. »

Télécharger le document (pdf)

 

« Journées DARIC – IUFM. Ouverture à l’international du système éducatif : actualités et perspectives (mai 2001)

 

Colloque du CIEP
« Trois journées de réflexion commune destinées aux délégués académiques aux relations internationales et à la coopération (DARIC) et aux chargés des relations internationales des instituts universitaires de formation des maîtres (CRIUFM). Il s’agit d’envisager comment, ensemble, ces responsables peuvent contribuer au développement de cette dimension relativement nouvelle de notre dispositif éducatif, les uns dans le cadre de la formation initiale confiée à leur établissement, les autres à travers leur expérience continue du terrain. Il est important, en particulier, que soit donnée aux chargés des relations internationales de l’ensemble des IUFM la possibilité de dresser un état des lieux et de confronter leurs propositions. C’est aussi l’occasion d’évoquer les problèmes posés par la mobilité des enseignants stagiaires et, pour que cette réflexion sur l’ouverture internationale soit complète, la question de la présence des IUFM sur l’important marché de la coopération éducative. »

Télécharger le document (pdf)

 

« Pilotage et Cohérence de la carte des langues » (avril 2005)

 

Rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale
Ce rapport considère « la situation des langues étrangères, anciennes et régionales comme une seule question à appréhender de manière globale dans une approche transversale ». Il envisage la dynamique du pilotage des langues « tant national qu’académique et non pas la simple description de l’état de l’enseignement des langues en France ». La mission a tenté de cerner les difficultés auxquelles les responsables « sont confrontés et les obstacles qu’ils doivent surmonter pour respecter les trois principes édictés en la matière : 'continuité des apprentissages', 'diversification des enseignements' et 'libre choix des élèves' », même si les deux derniers apparaissent à l’expérience d’essence contradictoire. Le rapport se propose d'apporter « une aide à la décision pour les responsables nationaux, académiques et locaux ».

Télécharger le document (pdf)

 

L’enseignement des mathématiques en langue étrangère (mars 2005)

 

Texte de cadrage commun aux groupes des mathématiques et des langues vivantes de l'IGEN
Ce document de travail évolutif devrait faciliter la réflexion sur l’enseignement des mathématiques en langue étrangère, en particulier dans les sections européennes. Il a vocation à harmoniser les pratiques de recrutement de professeurs, d’enseignement et d’évaluation dans ce domaine en accord avec les textes officiels. Rédigé en liaison avec des IA-IPR de langues vivantes et de mathématiques, il a été validé par les groupes de langues et de mathématiques de l’inspection générale de l’éducation nationale.

Télécharger le document (pdf)

 

L'enseignement des langues étrangères comme politique publique

GRIN François
Haut conseil de l'évaluation de l'école

Ce rapport aborde la question de l'enseignement des langues étrangères comme une forme de politique publique. Il définit la politique linguistique et explique les théories économiques de la valeur et de la compétence linguistique. Il donne les taux de rendement des compétences linguistiques, montre l'importance de l'utilisation des langues pour l'activité économique dans les entreprises. Il étudie les politiques d'enseignement et leur coût.

 

Lire le rapport en ligne sur le site de la Documentation française

 

Les sections européennes ou de langues orientales (août 2000)

 

Rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale : groupe des langues vivantes
« Huit ans après leur ouverture, ces sections font la preuve de leur efficacité. Cependant, leur accroissement numérique (on compte 1651 sections à la rentrée 1998 ), l’adaptation plus ou moins stricte des textes fondateurs lors de leur mise en application, les débats organisés autour du mode de fonctionnement de ces sections, les divers séminaires de réflexion sur l'enseignement de la Discipline Non Linguistique (DNL) mettent à jour un certain nombre de difficultés ou de dérives. Loin de remettre en question l’existence même de ces sections, elles nous poussent à entreprendre un état des lieux afin de mettre en lumière les dysfonctionnements du dispositif, mais aussi ses points forts, de l'améliorer, de l'étendre et de contribuer ainsi à un meilleur apprentissage des langues étrangères. »

Télécharger le document.

 

L'Europe dans l'enseignement de l'histoire, de la géographie et de l'éducation civique (septembre 2000)

 

Rapport de l’Inspection générale de l’éducation nationale : groupe histoire et géographie
«[Quelques] enseignants semblent avoir franchi le pas d’un enseignement global de l’Europe qui croiserait les approches de l’histoire, de la géographie et de l’éducation civique. On en reste, pour beaucoup, à l’esprit des anciens programmes, centrés plus sur l’étude des États que sur la présentation d’une Europe en gestation. Ne nous étonnons donc pas d’une attitude prudente et du privilège toujours largement accordé à la dimension hexagonale aux dépens de la dimension européenne. Cela ne reflète pas forcément une crispation face à la nouveauté ; on peut y voir aussi le fruit des hésitations des scientifiques dont les controverses passionnées ont pu troubler bien des professeurs. »

Télécharger le document (rtf)

 

Ouverture européenne en section européenne dans l’enseignement général (mars 2001)

 

Colloque du CIEP
Une section européenne concerne l’ensemble d’un établissement. On ne connaît pas de projets de section européenne qui se développent avec l’envergure que nous souhaitons leur voir prendre si ces projets n’impliquent pas, aux niveaux de responsabilité et d’activités qui sont les leurs, tous les acteurs de l’établissement scolaire. La dimension de projet d’établissement que nous allons développer dans ce stage est fondamentale : nous ne sommes plus dans une phase expérimentale avec les sections européennes ; ces dernières doivent prendre leur place dans le projet d’animation et de pilotage global de l’établissement. C’est là unepremière idée forte qui sous-tend cette formation. Une deuxième idée réside dans le fait que nous avons choisi de traiter des sections européennes sous l’angle de l’européanisation de notre système. »

Télécharger le document (pdf)

Partager

Inscrivez-vous et recevez chez vous toutes les informations d’Emilangues.


Voir les anciens numéros

Se désinscrire

  • gfen
    Actualités

    Le Secteur Langues du Groupe français d'éducation nouvelle (GFEN) tiendra sa 7e Université d'été du 24 au 26 août 2015 à l'école Jean Moulin de Vénissieux. "Débuter" sera le mot-clé qui servira de fil conducteur à ces trois journées. Débuter : premiers pas, premiers actes, premiers essais... pour l'apprenant, pour l'enseignant.

Glossaire

Un terme du glossaire au hasard...

Le travail en groupe requiert de la part de chaque élève non seulement d'être à même d'exposer son point de vue en l'argumentant mais aussi d'être à l'écoute de l'autre : un travail en groupe n'implique donc pas les élèves de la même façon qu'un travail individuel ; c'est un contexte favorable au débat et par conséquent à l’apprentissage et peut, à ce titre, étayer efficacement un enseignement de type EMILE.

Tout le glossaire