Emilangues

Les chiffres clés des sections européennes ou de langues orientales 2010

Version imprimableEnvoyer à un ami

Emilangues vous présente l’évolution des sections européennes ou de langues orientales à partir des données statistiques de la rentrée 2010 fournis par la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP).

La croissance des SELO se poursuit

La loi d'orientation de 2005 fixait une augmentation du nombre des Sections européennes ou de langues orientales (SELO) de 20% pour l'horizon 2010. Les chiffres de la rentrée scolaire 2010, avancés par la Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), confirment que cet objectif a été largement atteint et même dépassé : on compte désormais 5 790 SELO, scolarisant 275 835 élèves dans 4 511 établissements, soit 47% de sections en plus par rapport à septembre 2005 et 9% d'élèves en plus par rapport à l'an dernier. Le panorama statistique dressé par ces chiffres met en avant le succès de ce dispositif décliné en 11 langues, à la fois dans les collèges (52% des sections scolarisant 143 421 élèves), les lycées généraux et technologiques (30,5% des sections et 43% des élèves) mais également et de plus en plus, dans les lycées professionnels (380 sections qui accueillent 14 186 élèves).

Une géographie stable

La répartition des SELO dans les différentes académies reste stable par rapport aux années précédentes. Le nombre de sections est ainsi particulièrement important dans les académies situées à proximité des grandes villes et des frontières, comme Paris, Lyon, Toulouse ou Montpellier. Les académies de Lille et de Versailles accueillent à elles seules près de 17% des élèves scolarisés dans ces sections. Une logique de territoire s'applique par ailleurs au choix des langues proposées : l'allemand est largement présent dans les académies de Nancy-Metz, Strasbourg ou Lille, l'italien dans celles de Grenoble, Nice, Aix-Marseille et Lyon, tandis que les académies de Toulouse, Montpellier et de Bordeaux accueillent de nombreuses sections en espagnol. C'est à Paris, capitale cosmopolite, que l'offre demeure la plus variée puisque le dispositif y est décliné en 9 langues, dont le chinois, le japonais, le russe et le vietnamien.

Des évolutions qui se confirment

L'anglais, l'allemand, l'espagnol et l'italien rassemblent près de 99% des élèves de SELO. De façon attendue, les sections les plus nombreuses sont en anglais (3 082 sections soit 53% de l'ensemble) : elles scolarisent 187 583 élèves, soit 68% des effectifs pour l'année 2010-11. En parallèle, il faut noter une croissance du nombre de sections en allemand (+4%), en espagnol et en italien (+11% dans les deux cas par rapport à la rentrée 2009). Les autres langues sont globalement marquées par la stabilité, voire une hausse des effectifs (+12% en arabe, +8% en chinois et +15% en vietnamien). Le dispositif surtout séduit un nombre croissant de chefs d'établissements (+7.4%) qui, conscients des enjeux liés à cette ouverture internationale, s'attachent progressivement à diversifier leur offre, aussi bien dans les disciplines linguistiques que non linguistiques. Le dynamisme des établissements professionnels est notamment remarquable : près de 20% d'élèves de plus qu'en 2009 s'y sont inscrits en SELO.

Source : DEPP B1 / FD / SI SCOLARITE (2011)

Partager

Inscrivez-vous et recevez chez vous toutes les informations d’Emilangues.


Voir les anciens numéros

Se désinscrire

  • gfen
    Actualités

    Le Secteur Langues du Groupe français d'éducation nouvelle (GFEN) tiendra sa 7e Université d'été du 24 au 26 août 2015 à l'école Jean Moulin de Vénissieux. "Débuter" sera le mot-clé qui servira de fil conducteur à ces trois journées. Débuter : premiers pas, premiers actes, premiers essais... pour l'apprenant, pour l'enseignant.

Glossaire

Un terme du glossaire au hasard...

L’apprentissage d’une langue vivante a essentiellement pour objectif de faire acquérir aux élèves des compétences langagières dans cette langue. C’est à travers une démarche d’apprentissage structurée, échelonnée en phases successives, que l’on donnera à l’élève la possibilité de s’approprier des moyens linguistiques nouveaux, puis de réutiliser ces derniers de façon autonome. Tout apprentissage s’inscrit dans une progression qui s’appuie sur des éléments connus et les « rebrasse » avant d’en introduire d’autres.

Cf aussi : CECRL, savoirs

Tout le glossaire