Emilangues

Cadre européen, E.M.I.L.E. et interculturel

Soumis par charbonnier le mer, 21/03/2007 - 16:05.
Version imprimableEnvoyer à un amiLe Cadre européen commun de référence pour les langues pose de nombreux défis à notre enseignement. On ferait fausse route en pensant que ces défis sont d’ordre strictement langagier ou linguistique. Figurent en toute première place parmi les compétences de l’utilisateur/apprenant définies au chapitre 5 du CECRL la « prise de conscience interculturelle » et les « aptitudes et savoir-faire interculturels » dont cette prise de conscience est la source. Que l’accès à l’interculturalité soit une composante essentielle de l’apprentissage des langues sera probablement bientôt une évidence. Mais, pour l’instant, la notion même d’interculturalité et a fortiori sa mise en œuvre pédagogique sont à l’état de questionnement. On s’accorde volontiers pour dire qu’apprendre une langue, c’est faire l’expérience d’une altérité et on s’accorde tout aussi volontiers pour dire que l’enseignement de la langue ou dans la langue d’un pays autre doit s’attaquer aux stéréotypes, aux idées toutes faites, aux malentendus qui peuvent avoir cours à son sujet. Cela dit, comment dépasser le stade de la simple reconnaissance et de ses allers et retours entre le contrastif et le similaire ? Comment éviter la juxtaposition des constats comparatifs ? La pédagogie et la didactique de l’interculturel ne restent-t-elles pas à inventer dans la salle de classe ? Dans le débat autour de l’enseignement des langues, débat qui continue à opposer langue et culture, l’enseignement d’une matière intégré à une langue étrangère a d’ores et déjà apporté bien des réponses. Il y a fort à parier que c’est également du côté de l’EMILE que la dialectique de l’interculturel va se concrétiser, trouver son sens et un élan. D. Charbonnier, Doyen du groupe langues vivantes de l'IGEN

Commentaires

Cadre européen, E.M.I.L.E. et interculturel

Il ne s'agit pas d'opposer DNL et DL, dont la complémentarité contribue au contraire à la construction progressive d'une compétence. Néanmoins, la différence la plus évidente tient à l'enseignant. Le professeur de langue n'est pas un spécialiste d'histoire, de sciences, de mathématiques ou d'autres disciplines enseignées par le vecteur de la langue étrangère. Son objectif principal reste donc l'enseignement de la langue et son approche des autres disciplines consiste le plus souvent en "coups de projecteur" destinés à poser des jalons. Marie-Christine Delsinne, enseignante en SELO collège

Cadre européen, E.M.I.L.E. et interculturel

Comme vous le faites justement remarquer, la juxtaposition des constats comparatifs ne constitue pas une didactique de l'interculturel et l'enseignement d'une autre matière en langue étrangère représente une vraie réponse en lycée. Malheureusement les élèves de collège ne bénéficient pas d'une telle opportunité. C'est l'une des raisons pour lesquelles certains professeurs, dont je fais partie, conduisent des projets pédagogiques centrés sur des échanges, virtuels puis réels, avec des établissements scolaires du pays de la langue cible. Dans mon cas, cet échange implique quelques cours d'autres matières dans la langue du pays dans lequel se déroule le séjour (Angleterre puis France). Il s'agit bien sûr d'une initiation modeste et ponctuelle mais elle a, me semble-t-il, le mérite de constituer un premier pas. Par ailleurs, la vie pendant huit jours dans la famille du correspondant met l'élève en position d'utiliser réellement la langue étrangère à des fins de communication authentique. Pour toutes ces raisons, il me semble important de multiplier ce type de séjours, dont on peut d'ailleurs noter qu'ils sont nettement moins onéreux pour les familles que les voyages traditionnels.Or, comme tous les voyages scolaires, les échanges sont menacés par l'interdiction de faire financer le voyage des professeurs par les familles. Devant l'extrême difficulté à trouver d'autres financements, la tentation de renoncer est grande, d'autant que ce type de projet implique un travail considérable et une responsabilité énorme. N'y a-t-il pas là une contradiction flagrante avec la volonté clairement affichée de faire de l'interculturel un défi prioritaire? Marie-Christine Delsinne, professeur d'anglais en SELO collège.

Glossaire

Un terme du glossaire au hasard...

Activité observable, accomplie par l’élève, et que l’on peut mesurer ou apprécier.

Tout le glossaire